DEUXIEME CONGRES ORDINAIRE DE L’UNION PATRONALE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE(UPESUP)

Deuxième congrès ordinaire de l’Union Patronale de l’Enseignement Supérieur Privé(UPESUP) : Les patrons s’engagent à moderniser davantage le secteur pour en faire une référence en Côte d’Ivoire

Faire du secteur de l’enseignement privé en Côte d’Ivoire une référence est désormais le nouveau combat auquel a décidé de se livrer l’Union patronale de l’enseignement supérieur privé (UPESUP), réunis le 28 Mai en congrès ordinaire à Grand-Bassam.

« Il faut moderniser l’enseignement supérieur privé. Il doit être la référence », a suggéré Dr Eléte Aka, président en exercice de l’UPESUP, expliquant qu’ils possèdent du matériel didactique de qualité pouvant leur permettre de relever ce défi. Et « nous sommes en avance sur le secteur publique par rapport au système LMD ».

Les dynamiques de promotion de l’enseignement privé de qualité sont limités parfois dans leur envergue et leurs effets, du fait de la mondialisation et de la nouvelle conception des bassins de l’emploi, de même que la poly compétence qui s’impose à l’étudiant.

Au regard de ce constat, Dr. Aka s’est voulu clair en exhortant le corps enseignant à mieux former des étudiants dont l’insertion professionnelle sera employable. Ainsi, l’enseignement devrait être de qualité, crédible et adapté au marché de l’emploi.

Pour le premier responsable de l’UPESUP, c’est l’exemplaire cohésion qui constitue la force de cette union qui depuis 2012 élabore des programmes et stratégies aux fins de rendre crédible l’enseignement privé en Côte d’Ivoire.

Prenant part à ce deuxième congrès dont le thème est « Harmonisation et modernisation de l’enseignement supérieur privé en Côte d’Ivoire : défis et enjeux », M. Cabinet, représentant le ministre de tutelle, s’est félicité des efforts de l’UPESUP associant l’Etat à son activité.

« Les établissements privés ont su soutenir l’Etat dans des difficultés… », A-t-il rappelé, soulignant que cette union constitue un « pont » entre l’Etat ivoirien et l’enseignement supérieur privé. Aussi, poursuit-il, le thème choisi revêt un caractère pertinent car en phase avec la vision du gouvernement qui veut d’un système améliorant l’employabilité.

M. cabinet a, pour clore ses propos, exhorté l’union à identifier les méthodes appropriées pour que les diplômes soient en phase avec l’insertion professionnelle, et ensuite intégrer les TIC dans les problématiques de réflexion pour faire émerger l’enseignement supérieur.

Ce deuxième congrès, qui a réuni tous les acteurs de l’enseignement privé, a été sanctionné par les travaux des différentes commissions. L’élection du nouveau président, rappelle-t-on, aura lieu dans deux ans.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *